Choisir son label RSE

Amplifié par la loi PACTE et les démarches pour la formalisation des « Raison d’Etre », l’attrait pour les labels RSE ne faiblit pas. Mais comment choisir le bon label, sur quels critères s’appuyer ? Nous vous proposons dans ce billet quelques éléments différenciant les trois principaux labels RSE français : le Label Lucie, Engagement RSE de l’AFNOR et la Preuve d’Engagement RSE de DIAG26000.

La qualité de la conception

La conception d’un label et de la grille d’évaluation qui va lui servir de support font partie des points clés pour un système de qualité. En 2011, pour concevoir DIAG26000 nous nous sommes appuyés sur l’intelligence collective de plus d’une centaine d’experts. Il s’agissait de construire un outil d’évaluation utilisable par l’ensemble des collaborateurs et pas uniquement les personnes déjà initiées à la RSE. Merci aux différentes organisations qui ont participé à la mise au point de cet outil partagé : AFNOR, ECOCERT, Des Enjeux et des Hommes, TENNAXIA, GREENFLEX, B&L Evolution, Label Lucie…

Possibilité de test

Avant d’acheter une voiture ou un nouveau vêtement, on prend en général le temps de l’essayer. Pourquoi en serait-il autrement pour un label RSE qui va être la preuve de votre engagement RSE pendant une longue période.

Sur le site diag26000.net, un clic suffit pour accéder à la grille d’évaluation. Dans la démarche Label Lucie, la phase d’auto évaluation est assurée par… la grille DIAG26000.

Utilisation participative

Pour une démarche RSE réussie, chaque collaborateur doit avoir la possibilité de s’impliquer. DIAG26000 est le seul label proposant une démarche réellement participative, en donnant la parole à l’ensemble des collaborateurs. Ceci est possible parce que la grille d’évaluation a été conçue pour être compréhensible par chaque personne, quelque soit son niveau de connaissance. Cette participation de chaque collaborateur induit une véritable sensibilisation puisque chaque participant découvre en ligne le profil qu’il vient de donner à son organisation sur les 7 questions centrales de la norme ISO26000.

Logo cliquable

Impossible de vérifier l’obtention réelle d’un label lorsque vous voyez simplement un logo affiché sur un site web ou collé sur un véhicule d’entreprise. Faites l’exercice : tentez de vérifier qu’une entreprise a bien le droit d’afficher le logo que vous voyez sur son site web et vous verrez qu’il n’existe pratiquement jamais de base de données permettant de valider simplement ce droit.

Pour éviter ces soucis et d’éventuelles falsifications, la preuve d’engagement DIAG26000 s’appuie sur le concept de preuve cliquable. Le logo permet d’un simple clic de revenir sur le site DIAG26000 pour vérifier l’obtention du label. Au passage ce système permet de valoriser tout l’écosystème puisque le nom du consultant ayant accompagné l’organisation est aussi indiqué !

Le(s) coût(s)

En terme de coût, prenez le temps de rassembler l’ensemble des coûts : la réalisation du diagnostic, l’accompagnement éventuel par un consultant, le coût d’intervention d’une tierce partie pour préparer la certification (obligatoire par exemple dans le cas du Label Lucie 26000) mais aussi le coût d’entretien du label qui peut ensuite représenter chaque année une somme non négligeable.

Pour la preuve d’engagement RSE de DIAG26000, nous avons décidé d’être très accessible pour que les petites structures puissent aussi se lancer dans leur démarche RSE.

Le budget à prévoir est de 500 euros seulement pour les structures de moins de 250 personnes.

Il n’inclut pas d’accompagnement par un consultant mais les adhérents de l’association DIAG26000 sont à votre disposition pour cela. Aucun renouvellement n’est obligatoire. Vous pourrez simplement décider de réaliser une nouvelle évaluation participative lorsque vous le souhaiterez, quand le plan d’action mis en place aura commencé à porter ses fruits.

Un petit tableau de synthèse devrait vous aider à faire votre choix :

3% des salariés seulement….

Les résultats 2016 du baromètre  « l’entreprise responsable » EkoDev – Des Enjeux et des Hommes viennent de sortir. Un chiffre, à la fois impressionnant et alarmant, est mis en avant dans le rapport : seulement 3% des 1003 salariés interrogés par ViaVoice ont une vision globale de la RSE :

 

Capture
sources sondage 2016 Ekodev-Des Enjeux et des Hommes-Viavoice

Mais la même étude signale qu’ils sont aussi 58% à avoir envie de s’impliquer :

Capture

Heureusement des solutions simples et peu coûteuses sont disponibles pour offrir à chaque salarié une appropriation concrète de l’ensemble des facettes de la RSE. Des solutions qui représentent aussi un premier pas vers l’implication. Je pense en particulier à des outils accessibles librement en ligne comme Diag26000. Cette grille d’évaluation couvre tous les domaines d’actions recensés dans la norme ISO26000 et ses questions sont formulées de façon à être compréhensibles par l’ensemble des collaborateurs. Enfin un outil qui n’est plus réservé aux experts mais bien orienté pour faciliter l’implication de toutes les parties prenantes internes !

Dès la validation de ses réponses, chaque participant découvre en temps réel le score RSE qu’il vient d’attribuer à son entité. Un outil déclencheur de réflexion individuelle mais qui peut aussi provoquer des discussions autour de la machine à café (et pas seulement la table du CODIR…) car tout le monde n’a pas forcément la même perception.

nb : Des Enjeux et des Hommes a participé à la conception de l’outil Diag26000 en 2011 dans le cadre du groupe de travail Centrale Ethique comme l’AFNOR, le Label LUCIE et plusieurs dizaines d’experts.