DIAG 26000 Présentation au RID

12èmes RENCONTRES INTERNATIONALES DE LA DIVERSITE

LA ROCHELLE : 29 et 30 SEPTEMBRE 2016 

Organisées par l’ESC La Rochelle

en collaboration avec le groupe diversité et genre de l’AGRH

La Diversité : Pratiques, Métiers et Modèles en devenir 

Pascale Griveaud présente un article dans lequel elle explique pourquoi la diversité ne doit pas intégrer l’égalité des genres.

Résumé    Mots clés: Diversité, création de valeurs, discriminations, perception, genre 

Nous souhaitions voir s’il existe des différences de perceptives entre les genres, ce qui peut apparaitre par intuition ou par observations en milieu professionnel. Pour ce faire nous utilisons la perceptions sur les 7 thématiques de la RSE. DIAG26000 est un outil pour mesurer la performance RSE à travers la perception des équipes et collaborateurs. Basé sur  la norme internationale ISO 26000, cet outil est automatisé en ligne et d’accès gratuit individuellement. Il devient payant pour des groupes cibles définis par l’organisation qui mesure ou diagnostique sa RSE. Notre étude a portée sur 2 classes de master en Business – Executive d’universités en île de France. Dans l’une est enseignée des sujets plutôt administratifs, parité de genre (40 – 60 % ) dans la salle, et  dans l’autre des matières scientifiques, pas de partie de genre ( 25 – 75%).

Les résultats font apparaitre des différences hommes et femmes dans les perceptions, les scores les plus hauts sont donnés par les hommes dans certains domaines. Aucune différence liée aux origines n’est apparue comme facteur différenciant. Ces exemples pratiques montrent que la complémentarité des genres et la prise en compte de la parité, ou de quotas, dans tous les comités et niveaux de management de l’entreprise seraient bénéfiques pour cette dernière. Et la diversité (ici d’origine)  versus l’égalité des genres sont des facteurs différents et autonomes qui vont ou non réagir de la même manière.

L’outil DIAG 26 000 présenté l’université de Palerme – Sicile

Lors de la conférence internationale de l’EBEN 2016 à l’université économique de Palerme, DIAG 26 000 a été présenté les 8 et 9 septembre.

Cela a été l’occasion de montrer une étude réalisée grâce à la base de données existante de l’association. L’analyse des 4000 profils (en mars 2016), a permis de montrer que la plupart des organisations avec un score élevé en environnement avaient aussi des scores importants en gouvernance et loyauté de pratiques. Etude en anglais sur demande à P. Griveaud qui a présenté l’article. pascale@wecompany.me

La conclusion de la discussion qui a suivie lors du congrès, a effectivement mis en avant que développer des actions sur les 7 questions principales de la responsabilité sociétale et selon l’ISO 26000 est complexe pour les organisations. Car les liens ne sont pas toujours visibles entre les thématiques.  Mais l’outil DIAG 26 000 donne aux managers et à l’équipe RSE, une vision globale et un bon point de départ. 

EBEN : Sa mission est de promouvoir l’éthique et le business excellence, afin de sensibiliser les acteurs économiques aux challenges éthiques sur les marchés d’un monde globalisé et de permettre le dialogue sur le rôle du business dans nos sociétés.  

« Integrity without knowledge is weak and useless, and knowledge without
integrity is dangerous and dreadful »
Samuel Johnson

Citation extraite du site http://www.eben-net.org/

DIAG26000 intéresse particulièrement les entreprises !

Afin de préparer une publication avec des éléments factuels sur l’Environnement et la Gouvernance dans les organisations , j’ai analysé quelques aspects de la base de données des 4000 profils deDIAG26000.  Avant de compléter les questions en rapport avec les 7 sujets principaux de de la responsabilité sociétale internationale développés avec ISO 26000,  chacun doit décrie rapidement son organisation. IL faut donner les informations suivantes: type de structure, sa taille avec le nombre de collaborateurs, et d’autres détails ( tels que sa fonction,  son genre…). Ces préliminaires sont nécessaires afin de garder à l’esprit le périmètre de l’organisation choisi et pour répondre le plus spontanément possible. Il ya 6 à 8 questions par domaines principaux (au nombre de 7).  Dès que vous finissez, vous découvrez vos résultats sous forme  de pourcentage ( diagramme araignée ou histogramme). La base de données permet aussi de se comparer aux 4000 profils et sélectivement  par taille, structure ou par secteur. 

Sans titre.001

Dans ces profils outre les 321 entités qui ont considérées comme « Non Applicable », les catégories proposées ( Etait-ce des coopératives, des entreprises unipersonnelles?), 133 ont aussi choisi que leur structure était autre.

Par contre 2673 structures sont des entreprises ( le rouge sur le schéma) et 326 des associations ( en bleu).

Dans les domaines plus publiques, il ya 280 administration et établissements d’enseignement (orange), 129 collectivités locales (vert), et 32 syndicats ou fédérations (bleu clair).

N’hésitez pas à nous contacter pour plus de renseignements: pascale@wecompany.me ou sur le site diag26000

Sélectionner des thématiques RSE qui restent confortables pour l’entreprise

  • L’entreprise peut intervenir dans la limite de ses ressources, qu’elles soient technologiques ou économiques. Mais surtout la valeur ajoutée se crée des 2 côtés en se posant quelques questions :

    • Quel est l’impact social, économique de cette action ?
    • Y a-t-il une innovation sociale ou environnementale ?  
    • Quels sont les bénéfices pour les processus de l’entreprise ?
    • Peux-t-on communiquer dessus?
  • Ces questions sont posées en référence avec les activités de l’entreprise. Elles sont différentes pour une multinationale ou pour une entreprise locale. Par ex.  une entreprise qui investit des capitaux dans d’autres entreprises en Inde et en Afrique:

    1) Elle définit une stratégie d’intervention RSE basée sur ses différents territoires géographiques . Dans chaque pays une  problématique  adaptée peut-être choisie. Cela peut aller de l’environnement et la désertification dans certains pays d’Afrique à l’amélioration des conditions de vie des femmes et des enfants en Inde. 

  • stethoscope-147700__1802 ) Ou bien, l’entreprise internationale préfère s’investir sur un sujet global et mondial comme le sida , ce qui peut avoir des effets sur les relations avec les institutions locales ( ministre de la santé), certaines ONG ou la main d’œuvre (mise en oeuvre de contrôle Sida ou de visite médicale), comme sur l’amélioration des conditions de vie des pays les plus touchés, pays dans lesquels l’entreprise produit.

 

Au niveau local c’est la même chose en privilégiant des sujets, des entités ou clubs sportifs locaux…etc.

A la croisée des chemins entre Salariat-ESS-Entreprises.

Diag26000 était hier aux quatrièmes matinées Solutions RSE organisées par le collectif du même nom regroupant : Planète Urgence, MicroDon, Les ateliers durables, Koeo et Ca me regarde.

Un déjeuner convivial permettait à chacun de discuter avant les premiers éhanges qui ont commencé d’une manière très ludique. Justine Caulliez, thérapeute et consultante en bien-être au travail, a animé un petit atelier basé sur des exercices de respiration, nous donnant même un exercice permettant de stopper les bâillements intempestifs : la respiration du lion !

Puis le temps des échanges est venu. Un membre représentant une entité du collectif interrogeait l’intégrateur du projet accompagné d’un salarié en ayant bénéficié.

Un premier témoignage du Group UP qui, avec l’aide de MicroDon, arrondit les salaires de près de 40 % de ses collaborateurs internes afin de financer quatre associations choisies par les salariés et la direction du groupe. Aurélien Pérol, DRH France, compte bien passer prochainement la barre des 50 %.

Un second échange avec la Directrice de la Communication du Groupe Sanef, Amandine Berger Molager, qui a choisi de promouvoir le mécénat de compétences, en étroite collaboration avec Koeo. Cette initiative est née d’une volonté : participer au développement des territoires.

Le troisième témoignage regroupait Ca me regarde et le Goupe Covea (GMF,MMA,MAAF), représentait par Renaud Pesesse, qui propose à ses salariés volontaires de mettre à profit un de leurs RTT pour aider une association le temps d’une journée. L’occasion pour Merieme Bousso qui, malgré ses mains légèrement tremblantes, nous a livré un récit poignant et profondément humain de ses expériences chez EMMAUS.

Enfin, la quatrième rencontre concernait Natixis et Planète Urgence qui permettent à leurs salariés de partir quinze jours en congés solidaires afin d’aller aider une association ou une ONG dans ses actions. L’occasion pour Josselyne Charrat, responsable Diversité et RSE chez Natixis, d’inviter Béatrice Levy, partie en congés solidaire dans une réserve au Zimbabwe afin d’aider un couple de scientifiques dans ses opérations quotidiennes.

Une matinée durant laquelle la RSE a été mis en exergue sous ses différentes formes avec des organismes facilitant les démarches et des entreprises prêtent à jouer le jeu. L’ensemble des participants ont souligné que toutes ces actions sont des vecteurs de communication interne inestimables renforçant le sentiment d’appartenance de leurs salariés, de plus en plus nombreux à souhaiter participer à ce type d’actions.