Spécificités RSE des entités ESS

Yess : l’association qui regroupe les anciens de plusieurs grandes écoles impliqués dans l’Economie Sociale et Solidaire, recevait mardi 2 Mai le Président de l’association Diag26000 (auteur de ce billet) pour présenter l’outil Diag26000 et la spécificité du profil moyen des entreprises ESS :

YESS CENTRALESUPELEC Première constatation sur le taux de participation : sur les +5.000 réponses de la base de données Diag26000, 11% des réponses proviennent des associations ou ONG. Les dernières estimations nationales évoquent environ 10% des emplois portés par l’ESS en France. La participation à Diag26000 semble donc un peu au dessus de la moyenne nationale, sachant que de plus certaines entreprises ESS font partie des entreprises privées et se trouvent donc les 85% les représentant. Cette constatation n’a rien de choquant : compte tenu des valeurs portées par les dirigeants ESS, ces entités sont sans doute plus engagées RSE que la moyenne nationale.

DIAG26000 répartitions par type d'entités. engagé RSEIl est aussi intéressant de comparer les profils moyens de ces 3 types d’entités sur les 7 questions centrales de l’ISO 26000. Sans surprise, les associations et ONG sont en avance sur la question du « développement local, l’animation des communautés » : un score de 69% alors que les entreprises restent à 62%. Cette différence s’inverse pour l’axe des « questions relatives aux consommateurs » : les entreprises sont à 69% et les associations ONG à 61%. Plus inquiétant est le score obtenu sur la question centrale relative à l « environnement » : 47% seulement. Rappelons que d’après le mode de calcul du profil Diag26000, le seuil de 50% est celui à partir duquel l’on peut considérer que les avis commencent à être globalement négatifs. De gros progrès donc à faire pour les associations et ONG sur cet aspect environnement !

DIAG2600 Bien que cela n’était pas l’objet principal de l’échange, l’on remarque aussi sur le graphique les points faibles des collectivités territoriales sur les aspects « droits de l’homme » et « relations et conditions de travail » : pratiquement 10% en dessous des moyennes des autres types d’entités. Pas certains que nos candidats à la présidentielle aient une baguette magique pour faire évoluer rapidement les conditions de travail dans les collectivités territoriales mais les agents ont en tout cas à leur disposition un outil accessible librement en ligne pour faire le point sur leurs risques psychosociaux : http://diagnosticrps.net

 

A la croisée des chemins entre Salariat-ESS-Entreprises.

Diag26000 était hier aux quatrièmes matinées Solutions RSE organisées par le collectif du même nom regroupant : Planète Urgence, MicroDon, Les ateliers durables, Koeo et Ca me regarde.

Un déjeuner convivial permettait à chacun de discuter avant les premiers éhanges qui ont commencé d’une manière très ludique. Justine Caulliez, thérapeute et consultante en bien-être au travail, a animé un petit atelier basé sur des exercices de respiration, nous donnant même un exercice permettant de stopper les bâillements intempestifs : la respiration du lion !

Puis le temps des échanges est venu. Un membre représentant une entité du collectif interrogeait l’intégrateur du projet accompagné d’un salarié en ayant bénéficié.

Un premier témoignage du Group UP qui, avec l’aide de MicroDon, arrondit les salaires de près de 40 % de ses collaborateurs internes afin de financer quatre associations choisies par les salariés et la direction du groupe. Aurélien Pérol, DRH France, compte bien passer prochainement la barre des 50 %.

Un second échange avec la Directrice de la Communication du Groupe Sanef, Amandine Berger Molager, qui a choisi de promouvoir le mécénat de compétences, en étroite collaboration avec Koeo. Cette initiative est née d’une volonté : participer au développement des territoires.

Le troisième témoignage regroupait Ca me regarde et le Goupe Covea (GMF,MMA,MAAF), représentait par Renaud Pesesse, qui propose à ses salariés volontaires de mettre à profit un de leurs RTT pour aider une association le temps d’une journée. L’occasion pour Merieme Bousso qui, malgré ses mains légèrement tremblantes, nous a livré un récit poignant et profondément humain de ses expériences chez EMMAUS.

Enfin, la quatrième rencontre concernait Natixis et Planète Urgence qui permettent à leurs salariés de partir quinze jours en congés solidaires afin d’aller aider une association ou une ONG dans ses actions. L’occasion pour Josselyne Charrat, responsable Diversité et RSE chez Natixis, d’inviter Béatrice Levy, partie en congés solidaire dans une réserve au Zimbabwe afin d’aider un couple de scientifiques dans ses opérations quotidiennes.

Une matinée durant laquelle la RSE a été mis en exergue sous ses différentes formes avec des organismes facilitant les démarches et des entreprises prêtent à jouer le jeu. L’ensemble des participants ont souligné que toutes ces actions sont des vecteurs de communication interne inestimables renforçant le sentiment d’appartenance de leurs salariés, de plus en plus nombreux à souhaiter participer à ce type d’actions.