Diag26000 et les associations

Le nouvel économiste publie un article rappelant que la RSE concerne aussi les associations et les fondations. L’occasion de mettre à jour l’analyse comparant les profils moyens de réponses à l’outil Diag26000 en fonction du type de structure. Le graphique ci-dessous présente la valeur moyenne pour chacune des 7 questions centrales, en fonction du type de structure du répondant, sur la base de données de +4.000 diagnostics.

Diag26000 Score RSE

Sans surprise, les associations sont en avance pour la question centrale « communauté et développement local » (presque 10% d’avance sur les entreprises, sur l’échelle de 0 à 100% !). Assez logiquement, nous les retrouvons aussi en tête sur la question centrale des « droits de l’homme ». Plus surprenant reste le score de 49% obtenu sur la question centrale « environnement ». Il reste la moyenne la plus faible sur l’ensemble du graphique et, surtout, révèle un avis qui est juste à l’équilibre (49% étant proche de 50%) entre les avis négatifs et les avis positifs sur les items correspondants.

Si vous participez aux actions d’une association, n’oubliez pas que l’outil Diag26000 est en accès libre pour vous permettre d’évaluer en ligne le score RSE de votre structure : cliquez ici pour évaluer le Score RSE de votre structure.

Oui, Football et RSE sont compatibles !

Sans pour autant rentrer dans une crise identitaire, il semblerait que le foot business actuel omette certaines valeurs originelles du sport : transferts illégaux de mineurs, respect d’autrui, mauvaise gestion financière etc. Les dérives du foot business sont nombreuses, criantes et indéniables.Dans ce monde, un modèle détonne : celui de l’Athletic Bilbao. Club de l’élite espagnol (Liga) au palmarès fourni : huit titres de champion d’Espagne et 24 Coupes du Roi (principale coupe en Espagne). Il est également le seul club avec les immenses Real Madrid et FC Barcelone a n’avoir connu aucune relégation. Le club prône une formation « 100 % basque » et un modèle économique sain à la gouvernance singulière.Immersion, sous couvert de RSE, dans ce club aux antipodes des clichés du foot business largement répandus dans l’opinion du grand public.

Le modèle de développement

Dans le monde du football, le modèle défini par l’Athletic Bilbao est en tout point singulier. La première et princale raison réside dans le choix de ses joueurs. Tous, des jeunes à l’équipe première, ont un lien avec le Pays Basque.

Ironie de l’histoire, le club a été créé en 1898 par des anglais originaires de Sunderland venus travailler sur les chantiers navals de la ville. Dès la création du club, seuls les basques pouvaient porter les couleurs rouges et blanches du club. Puis au fil du temps les règles se sont assouplies. La loi « des grands parents » a autorisé toutes personnes ayant au moins un grand parent basque à porter le maillot. Désormais, les équipes de l’Athletic sont ouvertes à toutes personnes jouant au football dans une des sept provinces du Pays Basque (4 espagnoles et trois françaises). Mais l’évolution des règles n’est pas le plus important, bien qu’essentielle pour comprendre la stratégie et la politique de ce club. Elle l’oblige donc à avoir un fort encrage territorial.

C’est pourquoi le club a choisi de développer nombre de partenariats avec les écoles de foot de la région, les aidant et les accompagnant dans le développement de leurs structures et dans la qualité de leurs formations. Le développement humain des jeunes footballeurs est une priorité : devenir de bonnes personnes fières de leur(s) identité(s) et avec des valeurs (ce qui se perd tant dans le football moderne). On retrouve, tout naturellement ces valeurs, dans le football pratiqué par « Los Leones » (surnom de l’équipe). Un football fait de combativité, de cœur et de solidarité.

Revenons, aux stratégies d’alliances et de partenariat local. Elles sont donc essentielles pour perpétuer une tradition vieille de plus d’un siècle. On retrouve ainsi douze clubs affiliés (système de partenariat entre clubs facilitant les transferts et les prêts de joueurs) à l’Athlétic Bilbao sur 14 au total, présents sur le territoire basque. Tous ces partenariats participent au développement et au rayonnement de la région basque.

En revanche, ce serait injuste que d’assimiler cette politique à du nationalisme déguisé sous l’égide du football tout puissant. En effet, le meilleur joueur du club n’est autre qu’Aymeric Laporte un français né à Agen mais recruté au sein du centre de formation de Bayonne (club affilié) à l’âge de 14 ans. De plus, le joueur le prometteur de l’effectif n’est autre qu’ Iñaki Williams né à Bilbao d’une mère ghanéenne et d’un père libérien, c’est dire.

 Le modèle de formation

En préambule, nous sommes d’accord sur le fait que la formation constitue un élément essentiel de la politique RSE d’une entreprise. Au niveau des entreprises, les taux de contribution varient en fonction des effectifs. Au maximum une entreprise classique consacre donc, légalement, 1,6 % de sa masse salariale à ce budget formation.

En ce qui concerne l’Athletic Bilbao, 15 % du budget (pas de la masse salariale !) est alloué à la formation de ses jeunes pousses soit un peu plus de 10 millions d’euros par an ! De plus, un projet de rénovation du centre de formation du club est en cours pour un coût de plus de 20 millions d’euros, améliorant ainsi les conditions de développement des joueurs et les conditions de travail des encadrants.

Le modèle de gouvernance

A l’Athletic Bilbao (comme dans quelques autres clubs espagnols) le propriétairen’est pas à un richissime homme d’affaires, à l’instar de la majorité des grands clubs. Non !

Le club appartient aux « socios ». Ces derniers sont de simples citoyens s’acquittant d’une cotisation annuelle (comprise entre 700 et 1000 euros par an) en échange d’une voix et d’un abonnement annuel au stade. Ce sont eux les propriétaires du club. Ils élisent le Président, le Conseil d’Administration et approuvent ou non les partenariats économiques. Pas de personnification, pas de projet incarné par une seule et même personne, pas d’omnipotence : un homme = une voix. Ils sont 35 000 à Bilbao dans ce cas là. Ce statut de « socios » est un héritage que l’on se transmet de génération en génération avec fierté et honneur. C’est ainsi que Bilbao a toujours le statut légal de « club » chose extrêmement rare dans le monde du foot professionnel mais garant de la transmission intergénérationnelle des valeurs historiques de « Los Leones ».