Le méchant dragon

Un peu d’humour pour rappeler que la COM c’est important (merci MIX&REMIX), mais qu’il ne suffit pas de faire de la COM pour faire de la RSE, même si certaines entreprises ont tendance à l’oublier, en particulier celles qui vendent des dragons (cqfd celles qui n’existent que dans les contes de fées donc il est bien évident que personne ne va se sentir visé…. 😉  )

lemechantdragon

Rappelons au passage que chaque fois qu’une entité utilise Diag26000 sous sa forme participative, elle a droit en prime à un audit gratuit de sa stratégie de communication interne. L’analyse des différences de perception entre les dirigeants « émetteurs » et les « récepteurs » terrain est souvent riche en surprises !!

Qui parle de nous ?

Depuis maintenant plus de quatre ans, beaucoup de personnes ont parlé et continuent de parler de nos différentes initiatives.

Puisque l’information complète et de qualité ne peut pas émaner d’une seule source, cet article recense les articles externes dont Diag26000 est le sujet. Bien entendu, cette liste n’est pas exhaustive. Elle comprend les liens ressortant en premier sur Google. Si vous avez parlé de nous et que vous ne figurez pas dans l’article, je vous invite à nous contacter, nous mettrons alors l’article à jour.

Nous remercions chacun d’entre-vous pour votre contribution et nous vous encourageons à nous contacter pour de plus amples informations.

Médiaterre : le système mondial d’informations francophone pour le développement durable : http://www.mediaterre.org/actu,20130522102354,2.html

Gestion attentive : «  responsabilité sociétale et gouvernance des organisations » http://gestion-attentive.com/?q=node/500

RSE et PED : l’association qui milite pour l’intégration de la RSO dans l’économie des Pays en voie de développement : http://www.rse-et-ped.info/diag26000-outil-dauto-diagnostic-en-ligne/

PME et PMI durables qui militent pour une intégration en profondeur des principes RSO dans les stratégies des entreprises françaises : http://pme-pmi-durables.com/fr/footer-sommaire/qui-sommes-nous/partenaires/diag-26000/

HTR services est un réseau de cabinet spécialisé dans l’accompagnement des entreprises : http://www.htr-services.com/diag-26000.html

Cdurable, un site d’informations recenssant l’essentiel des activités en lien avec le développement durable : http://cdurable.info/DIAG-26000-Diagnostic-Interactif-ISO-26000.html

Le Ministère de le Ville, de la Jeunesse et des Sports : http://developpement-durable.sports.gouv.fr/m/ressources/details/diag-26000-un-diagnostic-interactif-pour-l-iso-26000/111

Synergiz, un excellent cabinet de conseil RSE : http://www.synergiz.fr/actions/entreprise-et-biodiversite/diag-26000-outil-interactif-de-diagnostic-iso-26000/

RESENTER, un réseau recenssant les outils RSE opérationnels pour les organisations : http://www.resenter.org/actu-des-reseaux-r24557.html

interventions

 

Merci à tous et à très vite pour de nouvelles informations.

Une chaîne Youtube dédiée à l’association !

L’association Diag26000 poursuit son développement.

En addition à nos nombreuses plages d’échanges dédiées aussi bien aux consultants RSO, qu’aux enseignants ou bien encore aux organisations, nous vous proposons de partager nos idées à travers plusieurs vidéos.

Pour ce faire une chaîne Youtube a été créée (lien vers la chaîne). Nos vidéos seront sur des formats de courte durée. Elles auront pour objectifs de vous faire découvrir notre philosophie, nos solutions spécifiques ainsi que quelques exemples d’utilisation de nos outils.

A ce jour deux vidéos sont d’ores et déjà accessibles. La première d’entre-elles vous présente la structure organisationnelle de notre association.

La seconde vidéo est destinée à vous présenter un premier exemple d’utilisation de notre diagnostic : calculer le Score RSE de votre entreprise.

Les nouvelles attentes des étudiants : la quête du sens

Nous sommes d’accords pour dire que le futur d’une nation ou, plus largement, d’une idéologie passe par sa jeunesse et son éducation. 

Une transmission des valeurs s’opère souvent par lors de la phase éducative d’un enfant mais parfois l’émergence de nouvelles valeurs est propre à une génération. C’est justement ce que nous sommes entrain d’observer chez les étudiants et principalement ceux issus des « grandes écoles ».

Sous l’influence de nombreux facteurs dont la majorité découlent sûrement de la crise financière de 2007 puis de la crise ou des crises économiques qui ont suivi, la capitalisme sauvage ne semble plus vraiment faire recette chez les étudiants. Bien au contraire de l’Economie Sociale et Solidaire (ESS).

Ils sont, en effet, 70 % parmi les 3224 étudiants interrogés à souhaiter faire un stage dans l’ESS. Pourtant ils sont conscients que ce secteur est moins rémunérateur que d’autres mais l’épanouissement humain et la stimulation intellectuelle sont aujourd’hui les priorités des étudiants à 88 % alors que la rémunération n’est une priorité que pour 46 % d’entre-eux, soit le dixième critère parmi les 16 proposés.

Capture_decran_2016-01-27_a_17.12.381

Lorsqu’on leur pose la question, un travail utile est un travail qui œuvre pour l’intérêt général à 65 %, améliore la vie des gens à 54 % et permet de changer les choses à 40 %. Enfin, 20 % des interrogés sont même prêts à gagner moins pour travailler dans une association ou une ONG.

Il est donc clair que ce sondage IPSOS valide une vraie tendance de fond : les étudiants sont de plus en plus sensibles aux questions de Développement Durable en général. Il y a donc tout un travail de sensibilisation, d’éducation à développer avec cette jeunesse. C’est dans cette dynamique, que l’association Diag26000 a mis en place une solution spécifiquement dédiée aux professeurs. L’objectif est simple : les aider dans leur travail de sensibilisation et d’éducation avec un outil structuré, pédagogique et interactif correspondant aux valeurs et attentes des étudiants.

Pour découvrir cette solution et que vous êtes professeur, je vous invité à vous inscrire à l’une de nos futures sessions d’informations :

 

Voir le sondage complet : ici

Développer des initiatives gagnant -gagnant

L’important est de développer un petit nombre d’initiatives  qui génèrent des bénéfices visibles pour la Société et l’entreprise

Rien ne sert de partir dans toutes les directions et de diluer les ressources allouées, il faut cibler des initiatives simples et pragmatiques, et parfaitement accessibles ou compréhensibles par les équipes et le public. Voilà quelques exemples choisis de mon expérience au fil des années. 

  • Cette entreprise est une carrière agissant dans une zone de chasse : il a été important de nouer un dialogue avec les clubs de chasse, les clubs de protection de la Nature et la municipalité puis de promouvoir des DSC01311passages faciles et bien aménagés pour les chasseurs ou les promeneurs entre les différentes parcelles. Pour la carrière cela améliore la récupération paysagère après l’exploitation . Mais surtout a permis de développer de très bonnes relations. Pas vraiment de coûts supplémentaires tout a été fait en interne. 
  • Cette autre entreprise dans le textile qui fait produire des pièces dans le nord de l’Inde, a noué des liens avec une école de langues pour IMG_0009l’apprentissage de l’anglais pour les enfants locaux et  donner de l’argent à l’achat d’un bus bibliothèque itinérante. Ce dernier va dans les villages choisis localement et apportent  en complément des conseils d’experts juridiques, et d’hygiène aux femmes isolées. L’entreprise a valorisé ses initiatives et son image auprès de ses clients, en communiquant via son site marchant en ligne sur le sujet. 
  • Une troisième entreprise donne des repas régulièrement à des associations d’aide pour des populations défavorisées et propose des conseils diététiques. Cela est simple et naturel pour ses restaurants et  leurs chefs. 

Et si la France assurait son indépendance énergétique sans pétrole ni gaz de schiste ?

On le sait, la France, bien que, regroupant tous les types de paysages sur son territoire ne dispose que de peu richesses naturelles voire quasiment aucune en ce qui concerne les énergies fossiles. Il est ainsi totalement justifié de penser que nous serons dépendants encore longtemps de ce type d’importations, si lourd pour la balance du commerce extérieur. Or, il semble désormais possible que ce doux rêve d’indépendance énergétique devienne réalité. Explications.

Fruit de cinq ans de recherches communes entre Colas, leader mondial de la route, et l’Institut National de l’Energie Solaire, WattWay est un revêtement routier photovoltaïque.
Le principe est assez simple, les routes actuelles seraient revêtues de cette technologie qui ne nécessiterait pas de travaux de type « génie civil » mais viendrait s’apposer sur la route déjà existante. Wattway a bien entendu été pensé pour une adhérence parfaite entre les pneus et la route. Le résultat serait simple : 1 km de route équipée = 5000 personnes alimentées (source ADEME). Il suffirait d’équiper 13200 km de routes de ce système pour fournir l’électricité nécessaire aux 66 millions de français. Le réseau routier français représente 950 000km de route, il y a de la marge !

Ségolène Royal, lors de ses vœux au groupement des autorités responsables de transport, a annoncé que 1000km de route devrait être équipés de cette technologie dans les cinq ans.

Wattway Solar

Bien entendu ce système semble être utopiste voire irréalisable ou bien encore un gouffre financier (mauvaise qualité, casse etc.). Mais l’enjeu de ce projet est tel qu’il mérite le soutien et l’intérêt de chacun car il ne s’agit pas de rendre plus propre une énergie fossile mais bien d’utiliser 100 % d’énergie propre et renouvelable.

Je vous joins à mon article la vidéo de présentation de Colas ainsi que la partie de leur site internet dédiée à cette technologie.

Voir la vidéo                                                                                                                                         Voir le site

Un outil de perception sur les valeurs portées par l’entreprise

De plus en plus d’entreprise et d’administrateurs se sentent très concernés par l’image que porte leur entreprise: image associée à la marque sur les marchés ou image interne de l’entreprise activée par les équipes et les services des ressources humaines.

Avec DIAG26000 chaque collaborateur peut répondre aux questions concernant l’image de son entreprise. Chacun va exprimer de façon anonyme l’image qu’il perçoit en venant travailler tous les jours. Avec cet outil, les spécificités de l’image interne sont mesurées car leurs rôles devient de plus en plus importants dans la gestion des ressources humaines et la responsabilité sociale.

DIAG26000 favorise et facilite l’approche sociale comme vis à vis des parties prenantes. Ce dernières peuvent aussi remplir un questionnaire sur demande l’entreprise. Dans ce cas le responsable de l’enquête envoie un questionnaire dédié en créant un groupe cible spécifique. Ces groupes représenteront l’image externe.

Les résultas permettent de déduire des implications stratégiques pour l’entreprise, que ce soit pour une perspective RSE / RSO ou pour une enquête interne. Les résultats sont analysés soit en interne par le management soit avec l’aide d’un partenaire adhérent à l’association DIAG26000.Il sera alors nécessaire d’apporter une attention particulière à:

  • la validation et la cohérence des résultats face aux valeurs de l’entreprise;
  • la relations de confiance ou les liens que les résultats vont mettre en avant entre les clients, les employés ou les partenaires ciblés.
  • Enfin de compte quel est l’image transmise de l’entreprise?

L’image fait partie intégrante de la vie de l’entreprise, elle reflète son histoire et ses valeurs, sa dynamique et sa position stratégique sur ces marchés. Comme le commentent certains auteurs « l’image est le vecteur qui devient le plus important de la communication d’une organisation, car l’impact en est multiple » : crédibilité, réputation, engagement, réussite…

Et DIAG26000 peut vous aider dans ce sens!

Des échanges destinés aux enseignants

Nous évoquions avant-hier le fait que la solution mise en place pour la preuve d’engagement RSE Diag26000 pourrait faciliter la lutte contre la fraude aux faux diplômes.

Il faut savoir que cette solution est partie intégrante d’un dispositif plus global destiné aux enseignants. Son but est de sensibiliser les étudiants aux principes de la RSE en leur proposant des exercices concrets basés sur l’utilisation du diagnostic interactif. Quelques minutes leur suffisent pour découvrir, sous une forme ludique, le score RSE de l’entité évaluée. En parallèle chaque enseignant peut suivre sur son back office l’activité de ses étudiants, cumuler automatiquement les évaluations faites par plusieurs d’entre eux pour une même entité et même leur préparer une attestation officielle qui valorisera leur enseignement..

Si vous êtes enseignant, nous vous invitons à prendre part à une de nos réunions d’informations (sur paris ou via vidéo conférence afin de limiter vos déplacements).

 

Allons-nous vers un désinvestissement massif des énergies fossiles ?

Un chiffre apparu lors de la COP21 est largement passé à travers les lignes des reporters, pourtant si nombreux, à couvrir l’événement . Ce chiffre n’est ni vide de sens ni inintéressant, loin de là ! Mais un chiffre parmi tant d’autres, un chiffre parmi tant de déclarations, un chiffre parmi tant d’anecdotes, ne reste qu’un chiffre. Peu importe sa signification et son éventuelle portée celui-ci ne faisant visiblement pas assez recette.

Pourtant 500 institutions de tous les secteurs confondus (banques, entreprises, collectivités, universités, fondations, associations et même églises, c’est dire!) ont annoncé rejoindre la campagne initiée par 350.org et Divest-Invest. Ce mouvement vise le désinvestissement des combustibles fossiles. Concrètement, ces 500 institutions, pesant tout de même 3 400 milliards de dollars d’actifs (un nouveau chiffre!), s’engagent à retirer l’argent investi dans les énergies fossiles.

Nous pouvons d’autant plus croire en la réussite de ce mouvement, que ce dernier n’a émergé concrètement qu’en 2012 avec l’implication dans ce programme de la ville de Seattle. J’imagine votre question : “et que font les institutions françaises ? “ .

Et non, les français n’ont pas totalement ratés le train, pas toujours voyons ! En effet, 19 villes dont Lille, Bordeaux, Dijon, Saint-Denis et Rennes, parmi les plus connues, ont rejoint le mouvement.

A quand un projet de loi sur les énergies fossiles ? Je vous rassure (et là je vous l’accorde, c’est assez surprenant) un projet de loi semble être prochainement d’actualité.