DIAG26000 avec l’EM Lyon à Shanghai

Lors d’un séminaire, la semaine dernière, à L’East China University Shanghai, avec l’EM Business School de Lyon , nous avons testé DIAG 26000 avec une vingtaine d’étudiants en formation continue du Master en Ressources Humaines.

Le cours était sur le pilotage de la Responsabilité Sociétale par les départements RH.  Nous avons consacré une matinée à utiliser DIAG 26000 et à comparer les différentes perceptions dans les entreprises asiatiques, avec celles de la base de données (4066 profils, le 26 avril 2016). Dans la salle était présents de groupes chinois et des filiales de groupes internationaux présents en Chine. IMG_0790

De très bons résultats sont apparus avec des équipes motivées pour changer leurs environnement, mais qui avouent aussi qu’il y a du green-washing sur les marchés concernant la RSE.

Lors d’un précédent voyage à l’exposition universelle en octobre 2011, j’avais remarqué un grand intérêt pour les thématiques socio-environnementales, notamment des entreprises manufacturières. C’était pratiquement un an après la publication de l’ISO 26000, guide de la responsabilité sociétale, en novembre 2010. Cette tendance se confirme 5 ans après avec une nouvelle génération de managers conscients des enjeux de réputation ou de risques environnementaux. Ils souhaitent plus d’attitudes éthiques dans les affaires et sont en recherche d’outils, en particulier adaptés à leurs marchés dynamiques (par ex. dans le recrutement et la problématique de fort turn-over). Ils voit des opportunités de meilleures communications pour leurs groupes ou de pérennité par la consolidation financière et la transparence. Par contre leurs volonté de bien faire résistera-t-elle aux résultats économiques en baisse chinois, aux coûts encore élevés de mise en oeuvre des systèmes de management ?  imgres-1

un débat autour de 4 solutions RSE

Les réseaux des anciens élèves des Arts et Métiers et de Centrale Supelec s’associent pour vous proposer un débat autour des solutions d’évaluations RSE volontaires.

Capture

Pour la première fois 4 acteurs de ce domaine réunis dans la même table ronde :
– Alain Jounot, délégué à la direction générale d’AFNOR Certification
– Bruno Pireyn, directeur opérationnel de l’Agence LUCIE
– François Salatko, co-fondateur de Rexcelys au sein de l’association FRANCE QUALITE
– et l’auteur de ce billet, Pablo Santamaria, président des associations CENTRALE Ethique et Diag 26000

La manifestation est prévue le 23 mai à 18h15, à la Maison des Arts et Métiers, 9 bis avenue d’Iena 75016 PARIS.

L’inscription se fait en ligne et le forfait de 20 euros comprend la participation au cocktail qui permettra de continuer à échanger avec les intervenants et les autres participants après le débat.

Cliquez ici pour vous inscrire

 

Baromètre RSE ORSE Malakoff Médéric : écouter et communiquer

Le salon PRODURABLE était l’occasion pour l’ORSE de communiquer sur la vague 2016 du baromètre RSE organisé avec Malakoff Médéric. Des informations intéressantes bien que le nombre de réponses utiles semble un peu bas compte tenu des enjeux (209 réponses exploitables).  Je vous propose dans ce billet un focus sur 2 points avec des graphiques extraits de l’analyse de ces réponses.

Un premier point confirme que les collaborateurs sont bien en première ligne pour les actions RSE / Développement Durable. De façon surprenante, les clients arrivent en seconde position. Les répondants pensaient-ils avant tout aux actions de communication ? Car cela n’a rien d’évident d’impliquer les clients dans les actions RSE et j’ai souvenir d’exposés de responsable DD dans la grande distribution faisant part de leurs difficultés pour éduquer leurs clients, leur apprendre à consommer les produits mieux et donc probablement en acheter en moins grande quantité. De l’eau en tout cas au moulin de l’association Diag26000 avec ce premier graphe, puisque l’utilisation participative du diagnostic permet de sensibiliser l’ensemble des collaborateurs.

RSE baromètre ORSE 2016
source baromètre RSE 2016 ORSE Malakoff Médéric

Un second point intéressant concerne les motivations des entreprises. La communication arrive en tête, ce qui promet de probables grands écarts des responsables pour communiquer en évitant le green washing. Un peu dommage que l’amélioration des performances ne soit qu’à 40% d’avis très important : la performance reste un facteur clé dans notre monde en crise et la plupart des études récentes montrent que plus de RSE = entreprise plus performante. Je me réjouis en tout cas que sur ce point aussi diag26000 apporte une partie de la solution : la preuve d’engagement est assurément un moyen simple pour communiquer efficacement aussi bien sur le web avec le logo cliquable que sur les documents papier avec le QRCODE dédié. Comme cette preuve d’engagement est accessible à partir de 500 euros, même les petites structures peuvent maintenant communiquer positivement sur leur démarche RSE.

RSE COMMUNICATION
source baromètre RSE 2016 ORSE Malakoff Médéric

Cliquez ici pour télécharger le rapport complet.