DIAG26000 intéresse particulièrement les entreprises !

Afin de préparer une publication avec des éléments factuels sur l’Environnement et la Gouvernance dans les organisations , j’ai analysé quelques aspects de la base de données des 4000 profils deDIAG26000.  Avant de compléter les questions en rapport avec les 7 sujets principaux de de la responsabilité sociétale internationale développés avec ISO 26000,  chacun doit décrie rapidement son organisation. IL faut donner les informations suivantes: type de structure, sa taille avec le nombre de collaborateurs, et d’autres détails ( tels que sa fonction,  son genre…). Ces préliminaires sont nécessaires afin de garder à l’esprit le périmètre de l’organisation choisi et pour répondre le plus spontanément possible. Il ya 6 à 8 questions par domaines principaux (au nombre de 7).  Dès que vous finissez, vous découvrez vos résultats sous forme  de pourcentage ( diagramme araignée ou histogramme). La base de données permet aussi de se comparer aux 4000 profils et sélectivement  par taille, structure ou par secteur. 

Sans titre.001

Dans ces profils outre les 321 entités qui ont considérées comme « Non Applicable », les catégories proposées ( Etait-ce des coopératives, des entreprises unipersonnelles?), 133 ont aussi choisi que leur structure était autre.

Par contre 2673 structures sont des entreprises ( le rouge sur le schéma) et 326 des associations ( en bleu).

Dans les domaines plus publiques, il ya 280 administration et établissements d’enseignement (orange), 129 collectivités locales (vert), et 32 syndicats ou fédérations (bleu clair).

N’hésitez pas à nous contacter pour plus de renseignements: pascale@wecompany.me ou sur le site diag26000

Les 41ièmes Césars et la RSE

Je n’ai pas assez le temps d’aller au cinéma mais je ne peux pas m’empêcher d’être surpris par quelques signaux faibles intrigants dans la liste des prix décernés lors de la 41ième cérémonie des Césars. Des signes encourageants, me semble-t-il, pour l’avenir de notre société et plutôt en dehors des « mainstream » et « business as usual ».

Le court métrage « Demain » a donc été sacré meilleur court métrage. Il met en avant des initiatives audacieuses de pionniers dans leurs domaines, d’entrepreneurs, d’agriculteurs. Mais cela n’a pas empêché ce matin d’autres agriculteurs, plutôt orientés productivisme, de venir dès l’ouverture saccager le stand de leur ministère au salon de l’agriculture. Gageons qu’il n’y avait pas beaucoup d’agriculteurs bio en face des CRS à la porte de Versailles et aucun ayant participé à « Demain »

CcK6kS_VIAA_mNL

« Fatima » a été sacré meilleur film et a récupéré 2 autres césars : adaptation pour Philippe FAUCON et espoir féminin pour Zita HANROT. J’avoue n’avoir pas vu ce film, qui n’a fait d’ailleurs que 300.000 entrées (le plus petit score de tous les films césarisés?), mais je suis sûr qu’il va en faire beaucoup plus maintenant. Comment ne pas être interpellé par le contraste entre ce premier prix accordé à l’histoire d’une femme de ménage marocaine et la façon dont nous sommes en train de tenter de fermer nos frontières ?

489736

Vincent LINDON de son côté se voit récompensé du césar du meilleur acteur pour son rôle dans « La loi du marché ». Un film qui dénonce la dureté des relations humaines parmi les salariés des grandes surfaces et quelques autres absurdités du marché du travail, en particulier dans la phase de recherche d’emploi et des formations financées mais inutiles. Encore un film qui parle de notre société « là où cela fait mal » et qui permet de revenir vers la colère des agriculteurs de ce matin…

CcLO7vBW4AAf3yQ

Finalement c’est un peu comme si les membres de l’académie des Césars avaient décidé de se mettre à la RSE non ? Environnement, droit de l’homme, respect des minorités, management, conditions de travail, loyauté des pratiques… On recouvre bien plusieurs des questions centrales de l’ISO 26000 ! En sera-t-il de même à Cannes ?

Au fait, merci à Michael DOUGLAS pour son vibrant hommage au cinéma français. Même si c’est officiellement Thomas EDISON qui mis au point le premier mécanisme « kynétoscope », cela fait toujours du bien d’entendre dire par un grand acteur américain que la France est à l’origine du cinéma ! Thanks a lot Michael !

CcLIgQqWEAAs1-T

La Côte d’Ivoire se mobilise autour de la RSO

Le 18 Février Paul Agenor Koffi, ambassadeur et promoteur de la Fondation Performances Sociétales, organisait une réunion d’informations sur Diag26000 à Abidjan.

Différents types de partenaires se sont mobilisés à cette occasion. C’est naturellement que se sont confondues lors de cette occasion, entreprises, presse et secteur public, le temps d’une journée afin de mobiliser les forces du pays autour des thèmes de la RSO.

Tous, se sont engagés à communiquer autour Diag26000 mais également à utiliser cet outil.

Toute l’association remercie Monsieur Koffi et ses équipes pour cette initiative en espérant qu’elle soit suivie par de nombreuses autres.

Journ+®e de la Vulgarisation de L'Autodiagnostic RSE   (31)

La valeur ajoutée de l’accompagnement d’un expert DIAG26000

DIAG26000 nous indique une perception au sens large du terme et va inclure ce qui est déjà fait mais aussi les attentes sur les 7 QUESTIONS de la RSE de vos collaborateurs. La démarche permet de pondérer différents profils DE GROUPES CIBLES comme les membres du management , les équipes ou services, ou les autres collaborateurs sans rôle actif dans la démarche RSE.

La structure du questionnaire est simple, facile à comprendre et rapide à remplir. Les résultats sont donnés en temps réel en ligne avec un tableau de bord clair. Questionnaire et résultats sensibilisent l’ensemble des personnes à ces thématiques de plus en plus importantes dans la Société.

Un diagnostic RSE avec une évaluation de mesures via DIAG26000, va permettre au responsable RSE de penser et définir une stratégie à moyen terme, basée sur des attentes réelles, pour une prise de décision factuelle et démontrable.

Analysé de manière indépendante avec un point de vue neutre d’expert, le traitement des réponses possède plus de visibilité et de crédibilité lors de présentation des résultats et de leur utilisation. Les experts possèdent généralement l’expérience de ce genre d’exercice et peuvent voir rapidement les développements d’actions ainsi que les risques de blocages des équipes.

L’affiche des résultats tel que proposé est un outil de communication tant  interne qu’externe:

– La  communication interne sur les thématiques RSE motive les équipes et augmente par exemple l’intérêt de l’entreprise ou la rétention des collaborateurs…

– En communication externe, l’entreprise montre son engagement sociétal local, pour une meilleure image auprès de l’ensemble des parties prenantes avec le LOGO DIAG26000 incluant le % de participation.

Oui, Football et RSE sont compatibles !

Sans pour autant rentrer dans une crise identitaire, il semblerait que le foot business actuel omette certaines valeurs originelles du sport : transferts illégaux de mineurs, respect d’autrui, mauvaise gestion financière etc. Les dérives du foot business sont nombreuses, criantes et indéniables.Dans ce monde, un modèle détonne : celui de l’Athletic Bilbao. Club de l’élite espagnol (Liga) au palmarès fourni : huit titres de champion d’Espagne et 24 Coupes du Roi (principale coupe en Espagne). Il est également le seul club avec les immenses Real Madrid et FC Barcelone a n’avoir connu aucune relégation. Le club prône une formation « 100 % basque » et un modèle économique sain à la gouvernance singulière.Immersion, sous couvert de RSE, dans ce club aux antipodes des clichés du foot business largement répandus dans l’opinion du grand public.

Le modèle de développement

Dans le monde du football, le modèle défini par l’Athletic Bilbao est en tout point singulier. La première et princale raison réside dans le choix de ses joueurs. Tous, des jeunes à l’équipe première, ont un lien avec le Pays Basque.

Ironie de l’histoire, le club a été créé en 1898 par des anglais originaires de Sunderland venus travailler sur les chantiers navals de la ville. Dès la création du club, seuls les basques pouvaient porter les couleurs rouges et blanches du club. Puis au fil du temps les règles se sont assouplies. La loi « des grands parents » a autorisé toutes personnes ayant au moins un grand parent basque à porter le maillot. Désormais, les équipes de l’Athletic sont ouvertes à toutes personnes jouant au football dans une des sept provinces du Pays Basque (4 espagnoles et trois françaises). Mais l’évolution des règles n’est pas le plus important, bien qu’essentielle pour comprendre la stratégie et la politique de ce club. Elle l’oblige donc à avoir un fort encrage territorial.

C’est pourquoi le club a choisi de développer nombre de partenariats avec les écoles de foot de la région, les aidant et les accompagnant dans le développement de leurs structures et dans la qualité de leurs formations. Le développement humain des jeunes footballeurs est une priorité : devenir de bonnes personnes fières de leur(s) identité(s) et avec des valeurs (ce qui se perd tant dans le football moderne). On retrouve, tout naturellement ces valeurs, dans le football pratiqué par « Los Leones » (surnom de l’équipe). Un football fait de combativité, de cœur et de solidarité.

Revenons, aux stratégies d’alliances et de partenariat local. Elles sont donc essentielles pour perpétuer une tradition vieille de plus d’un siècle. On retrouve ainsi douze clubs affiliés (système de partenariat entre clubs facilitant les transferts et les prêts de joueurs) à l’Athlétic Bilbao sur 14 au total, présents sur le territoire basque. Tous ces partenariats participent au développement et au rayonnement de la région basque.

En revanche, ce serait injuste que d’assimiler cette politique à du nationalisme déguisé sous l’égide du football tout puissant. En effet, le meilleur joueur du club n’est autre qu’Aymeric Laporte un français né à Agen mais recruté au sein du centre de formation de Bayonne (club affilié) à l’âge de 14 ans. De plus, le joueur le prometteur de l’effectif n’est autre qu’ Iñaki Williams né à Bilbao d’une mère ghanéenne et d’un père libérien, c’est dire.

 Le modèle de formation

En préambule, nous sommes d’accord sur le fait que la formation constitue un élément essentiel de la politique RSE d’une entreprise. Au niveau des entreprises, les taux de contribution varient en fonction des effectifs. Au maximum une entreprise classique consacre donc, légalement, 1,6 % de sa masse salariale à ce budget formation.

En ce qui concerne l’Athletic Bilbao, 15 % du budget (pas de la masse salariale !) est alloué à la formation de ses jeunes pousses soit un peu plus de 10 millions d’euros par an ! De plus, un projet de rénovation du centre de formation du club est en cours pour un coût de plus de 20 millions d’euros, améliorant ainsi les conditions de développement des joueurs et les conditions de travail des encadrants.

Le modèle de gouvernance

A l’Athletic Bilbao (comme dans quelques autres clubs espagnols) le propriétairen’est pas à un richissime homme d’affaires, à l’instar de la majorité des grands clubs. Non !

Le club appartient aux « socios ». Ces derniers sont de simples citoyens s’acquittant d’une cotisation annuelle (comprise entre 700 et 1000 euros par an) en échange d’une voix et d’un abonnement annuel au stade. Ce sont eux les propriétaires du club. Ils élisent le Président, le Conseil d’Administration et approuvent ou non les partenariats économiques. Pas de personnification, pas de projet incarné par une seule et même personne, pas d’omnipotence : un homme = une voix. Ils sont 35 000 à Bilbao dans ce cas là. Ce statut de « socios » est un héritage que l’on se transmet de génération en génération avec fierté et honneur. C’est ainsi que Bilbao a toujours le statut légal de « club » chose extrêmement rare dans le monde du foot professionnel mais garant de la transmission intergénérationnelle des valeurs historiques de « Los Leones ».

 

La RSE : nouvelle valeur refuge ?

Depuis quelques jours déjà, la panique boursière guette. Un cours du pétrole excessivement et durablement bas, le ralentissement de la croissance chinoise combinée à une possible récession américaine suffisent à jeter un vent panique sur toutes les places boursières majeures. Alors, les valeurs refuges sont recherchées et donc montent en flèche. C’est déjà le cas pour La valeur historique : l’or. La course à la valeur refuge fait donc rage d’autant plus que les dettes souveraines ne constituent plus vraiment un gage de sûreté financière, comme ce fut le cas un temps. Alors quelles alternatives pour les investisseurs ?

Les Investissement Socialement Responsable : ISR

Nous observons depuis maintenant quelques années une augmentation du nombre de fonds ISR. Ce type d’investissement défini par : “un placement qui vise à concilier performance économique et impact social et environnemental en finançant les entreprises et les entités publiques qui contribuent au développement durable quel que soit leur secteur d’activité. En influençant la gouvernant et le comportement des acteurs, l’ISR favorise une économie responsable » * représente l’application des principes du développement durable aux placements financiers.

Pour vous donner une idée, en 2012, les ISR représentaient, en France, 149 Milliards d’euros ; puis 170 Miliards en 2013 pour culminer à 223 Milliards en 2014 soit une augmentation de presque 50% en 2 ans. Une augmentation significative qui se comprend par la performance de ces derniers.

Si l’on en croit la très sérieuse étude du Global Asset Management de l’UBS, au cours des 5 dernières années les valeurs cotées ISR ont superformé les indices de référence.

Concernant l’indice MSCI Mondial, la superformance est claire : les meilleurs rendements de l’indice ont été réalisées par les fond ISR européen et celui du Moyen-Orient : 10,2% pour ces derniers contre 7.4% pour l’indice principal. Ces performances peuvent, notamment, s’expliquer par le fait que les fonds ISR excluent toutes les entreprises ayant une ou plusieurs activités dans les domaines suivants : armes, alcool, jeu, énergie nucléaire, tabac, défense, pornographie, OGM et surtout pétrole. Ainsi, c’est quasiment 75% des sociétés représentées dans les indices traditionnels qui sont exclues des indices ISR.

Ces fonds sont donc beaucoup moins soumis aux fluctuations du cours des matières premières mais également des contextes géopolitiques ce qui leur confèrent une meilleure résistance aux chocs systémiques et donc une meilleure stabilité.

or-euros-jan-2015

 Les entreprises à forte dimension RSE

C’est une réalité, les entreprises mènent de plus en plus d’actions à caractère sociétal. En revanche, une barrière entrave encore grandement cette route, les difficultés de calcul du ROI des démarches. En revanche, il existe des chiffres fiables : le résultat d’une entreprise et ses performances financières globales.

Une étude menée par France Stratégie, intitulée « Responsabilité sociale des entreprises et compétitivité, Évaluation et approche stratégique », a cherché à comprendre le ou les liens existants entre RSE et performance économique. Les chercheurs ont ainsi utilisé la méthode dite de la “meta-analyse” qui consiste à combiner les résultats de plusieurs études statistiques indépendantes portant un seul et même problème. L’étude conclue que les entreprises pratiquant des actions RSE ne sont pas moins financièrement performantes que les autres. Bien au contraire, un gain financier supérieur est engendré par la mise en place de telles pratiques. En revanche, malgré toutes les précautions statistiques il est très difficile d’affirmer que la RSE soit la source de gains financiers supérieurs car il est également probable que la performance économique génère la mise en place d’actions RSE. Ainsi la RSE n’aurait pas un lien direct avec les performances financières mais indirect.

Cependant, une autre étude, cette fois empirique, menée aux Etats-Unis a également démontré qu’une entreprise avec une forte politique RSE avait de meilleurs résultats financiers que les autres entreprises. Mais cette étude contraste ses résultats en soulignant que les entreprises aux pratiques RSE “moyennes” ont des performances financières inférieures aux entreprises aux pratiques sociétales “faibles”. Ceci entretient donc le doute entre savoir si la RSE génère une meilleure performance économique ou bien si cette dernière génère des actions RSE ?

Une chose est sûre : un cercle vertueux existe entre les performances économiques d’une entreprise et sa RSE à condition que cette dernière irrigue toute l’organisation.

*définition de l’ISR donnée par l’Association française de la gestion financière (AFG) et le Forum pour l’investissement responsable (FIR)

Etude complète France Stratégie

Rapport de l AMF sur l investissement socialement responsable (ISR) dans la gestion collective

RSE et viticulture

Un supplément du journal VITI est consacré à la RSE dans la filière viticole. Plusieurs articles qui montrent que différentes parties prenantes de la filière sont en mouvement. Cliquez ici pour télécharger le supplément RSE

Capture

Le journal revient plusieurs fois sur l’efficacité des démarches AFAQ26000, les labels Ecocert26000 et Evalution Cap26000. Par contre pas un mot sur l’outil interactif que le BIVB, Bureau Professionnel des Vins de Bourgogne, a fait développer dans le cadre d’un projet piloté par ALTEREO, avec les outils de FORMITEL. Il est pourtant utilisé depuis 2014 par différents acteurs et même, depuis l’année dernière, pour initier aux valeurs RSE et DD les jeunes lycéens engagés dans des formations viticoles .

Captureextrait du journal : l’infographie utilisée par BLB Vignobles (Hérault)
pour déclencher le dialogue avec les visiteurs

Responsabilité Sociétale et Compétitivité

Pour être au centre de la stratégie de l’organisation, la stratégie RSE doit devenir une composante à part entière du capital organisationnel. Par l’attention apportée aux équipes internes, par la prise en compte de toutes parties prenantes, la RSE est un élément moteur de l’amélioration de la performance économique.

Les bonnes performances économiques tendent à se modéliser par les nouvelles approches organisationnelles notamment du secteur digital. Ces modèles sont  orientées vers une plus grande intégration et une meilleure reconnaissance de tous les acteurs qui participent à la création de la valeur de l’entreprise (dirigeants, salariés, clients et fournisseurs, etc.). De ce point de vue, la RSE insiste sur l’inventaire de toutes les parties prenantes, le comité RSE ou le responsable RSE animant les relations entretenues par l’organisation. La coordination peut aller jusqu’à la recherche d’un objectif commun et cohérent contribuant à un management performant même lorsque les centres de décision stratégique sont éloignés physiquement ou fonctionnellement des centres de production effective.

La démarche RSE ainsi conçue permet de mobiliser en interne les acteurs de la production de biens et services, les services commerciaux, marketing et communication autour de  la même stratégie de marché, sans heurt ni apriori: car il n’y a pas d’historique ou de resentis négatifs liés à différences de vocabulaire.

Surtout le constat que les entreprises qui appartiennent à un réseau d’entreprises ou à un groupe sont plus enclines à mettre en place ces dispositifs RSE, confirme que  chacun y trouve des avantages mais surtout que les exigences et bonnes pratiques RSE apportent une plus-value qui n’est plus négligeable à grande échelle.

La Responsabilité Sociétale est une ressource immatérielle et spécifique du capital organisationnel de l’entreprise qui, par des gains en efficacité, peut générer des avantages compétitifs loin d’être négligeables en matière de compétitivité.

Orientation ou réorientation : Pourquoi aller dans les métiers du DD et de la RSE ?

Les métiers liés à la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) et au Développement Durable (DD) attirent chaque année de plus en plus de candidats. Etudiants, anciens salariés, seniors, toutes les catégories socioprofessionnelles sont concernées par cette tendance. Vous vous posez aussi peut-être la question à votre tour. C’est pourquoi, basé sur une enquête réalisée par Birdéo*, nous allons tenter de vous présenter, avec honnêteté, ce à quoi vous devez vous attendre dans les métiers de la RSE.

La première observation est relative aux aspirations de chacun. Les métiers du DD et de la RSE sont des emplois qui plaisent à ses occupants. Faire un tel choix ne doit pas être fait par défaut. Un choix de carrière tournée vers la RSE est donc la réponse d’une profonde et complète réflexion sur ce que vous attendez de votre métier et ce que vous êtes.

 

Capture

 

Bien entendu, vos aspirations résultent inévitablement de votre personnalité mais également de vos compétences. Parmi lesquels, la polyvalence est une qualité essentielle. En effet, la RSE touche un champ d’actions tellement large (énergie, RH, bilan carbone, communication…) qu’elle vous pousse à une forte gymnastique intellectuelle. Par conséquent, vous échangerez avec beaucoup d’acteurs, tous différents : Marketing, Production, Communication etc… Ainsi une bonne communication orale et écrite vous sera nécessaire. En découle forcément, une capacité et un goût prononcé pour le travail en équipe (adepte de la solitude s’abstenir). L’ouverture d’esprit est également un plus important.

Capture2

 

Il ne faut surtout pas croire que vous concrétiserez toutes vos idées, aussi louables soient-elles. Bien que les entreprises accordent toujours un petit peu plus de crédit et donc de budget aux actions RSE, vous vous confronterez inévitablement aux contraintes financières (voir notre article dédié) et aux réticences internes.

De plus, soyez ambitieux bien qu’encore limité, les perspectives d’avenir devraient arriver avec la formalisation et la professionnalisation des métiers, ce qui pour le moment, reste à développer.

Voir l’enquête complète 

Méthodologie enquête réalisée auprès d’un échantillon de 650 professionnels du Développement Durable et de la Responsabilité Sociétale d’Entreprise issus du réseau Birdeo.

Rapport RSE de Charrier

Avec 1262 salariés CHARIER est loin de faire partie des entreprises du CAC40, mais la qualité des rapports RSE n’est pas forcément proportionnelle à la taille de l’entreprise. La preuve avec son rapport RSE 2015.

Capture

Des chiffres assez clairs, et des explications plutôt pédagogiques, compréhensibles me semble-t-il même par les gens qui ne connaissent rien à leurs métiers.

Capture2

Pour en savoir plus, vous  pouvez consulter le rapport en détail : rapportrse-charier2015. Pour ma part je serai bien curieux de voir ce que donne l’évaluation Diag26000 de cette entreprise mais aucun salarié ou dirigeant ne s’est pour le moment prêté à l’exercice…